Pourquoi tous porter un masque ?

Une transmission rapide et invisible

La transmission du coronavirus se produit principalement par des gouttelettes de salive expulsées par le malade, par exemple quand il tousse ou éternue. Ces gouttelettes infectent une nouvelle personne lorsqu’elles rentrent en contact avec ses muqueuses (bouche, nez, yeux) :

  • Soit par projection directe si le malade tousse ou éternue dans la direction du futur infecté,
  • Soit par un contact intermédiaire, par un exemple au travers d’un serrage d’une main souillée, que le futur infecté portera ensuite aux muqueuses (un geste tellement banal).

La transmission du coronavirus se produit principalement par des gouttelettes de salive expulsées par le malade, par exemple quand il tousse ou éternue. Ces gouttelettes infectent une nouvelle personne lorsqu’elles rentrent en contact avec ses muqueuses (bouche, nez, yeux) :

  • Soit par projection directe si le malade tousse ou éternue dans la direction du futur infecté,
  • Soit par un contact intermédiaire, par un exemple au travers d’un serrage d’une main souillée, que le futur infecté portera ensuite aux muqueuses (un geste tellement banal).

Des solutions actuelles imparfaites et destructrices pour l’économie

Pour freiner la transmission du virus, les fameux gestes barrières sont promus. Il s’agit principalement d’éternuer dans son coude, de se laver les mains régulièrement et de garder une distance sanitaire d’1 m avec d’autres personnes. Bien que constituant une forme de prévention, ces gestes n’ont qu’une efficacité limitée car ils sont antinaturels et réclament une présence d’esprit constante.

Ainsi, le confinement des gens au sein de leur habitations devient une obligation. De par le monde, des centaines de millions de personnes sont actuellement bloquées à leur domicile pour prévenir la transmission du virus. Le confinement est efficace mais il subsiste des occasions de transmission du virus, par exemple en faisant la queue pour acheter des vivres, le non-respect des consignes sanitaire (une fatalité statistique) ou pire encore lors de la prise en charge des patients par le personnel soignant, manquant cruellement de masques. La durée de l’isolement dépendra de l’étendue de ces transmissions résiduelles. Il va sans dire que l’impact économique de l’isolement est sans précédent, celui-ci pouvant même donner lieu à des rééquilibrages géopolitiques.

Certains pays asiatiques donnent pourtant l’exemple pour la gestion de l’épidémie. Citons les cas de la Corée du Sud et du Japon, qui réussissent à la maîtriser sans avoir recours au confinement. Au-delà de systèmes de santé efficaces, nous remarquerons l’utilisation massive de masques par les habitants.

Certes, l’efficacité du masque porté par des personnes non infectées est débattue en Europe. Or, il ne s’agit pas pour un individu de porter un masque pour se protéger des autres, mais aussi et surtout pour protéger les autres de sa propre infection potentielle. En effet, le coronavirus est contagieux avant l’apparition des symptômes, donc sans que son porteur en soit conscient. Le bon sens nous indique donc que le port du masque est efficace s’il est porté par le plus grand nombre. On commence d’ailleurs à voir ce genre d’analyse circuler sur les réseaux sociaux (capturé le 25 Mars sur Twitter) :

Si les masques semblent ne pas manquer dans certains pays asiatiques, ce n’est malheureusement pas le cas de la France ni de l’Europe. Il est fortement probable que cela restera le cas pendant une certaine durée, étant donné que la demande en masques est mondiale et simultanée. Certains pays réussissent à maitriser l’épidémie sans avoir recours au confinement, notamment grâce à l’utilisation de masques, de stratégies de tests et de suivi. Il ne fait pas de doutes que le confinement est une étape nécessaire en France du fait de l’avancement de l’épidémie par rapport aux moyens de lutte disponible. Cependant, une fois le pic épidémique absorbé, le relâchement du confinement sera problématique si les moyens de protection, contrôle et suivi sont insuffisants.

Aucune réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *